samedi 21 novembre 2015

Adéu de Barcelona

Voilà c'est déjà le temps de quitter Barcelone. Des vacances où il a fait beau tous les jours, la température a également été idéale à tous les jours. Les croissants, la paella, le veau, le jambon, le café noir, le catalan, l'espagnol, l'anglais vont me manquer. Contente d'y être allée en novembre soit en basse saison. Parfois je devenais impatiente tellement il y avait de monde partout, donc j'ose même pas imaginer en plein juillet-août!

Notre appartement était vraiment bien, lave-vaisselle, laveuse, 2 chambres (pas pour faire chambre à part, mais bien pour recevoir la sœur française de mon amour), meublés à 100% Ikea, sur notre rue il y avait 2 supermarchés, de 2 boulangeries, une fruiterie et tout était à moins de 3 kilomètres! (Petite inside).

Plusieurs nous disaient: "Hein! 2 semaines à Barcelone, c'est bien trop long!" J'ai pas trouvé ça si long. C'est vrai que nous sommes sorti 3 fois de la ville, Tossa de Mar, Monserrat et Tarragona. Il y a beaucoup de choses à voir. Tout peut se faire à pieds si tu aimes marcher, on doit vraiment aimer ça car selon notre iPhone on aurait marché près de 200 kilomètres.

Mes coups de cœur, Tossa de Mar, Monserrat, Montjuïc, Gaudi. Pour les restaurants, Big Fish, Segon Mercat Tapas étaient très bien.

On m'avait dit: "Vero tu vas pouvoir te débrouiller juste en anglais". C'est pas vrai, sinon on est pas allée dans les mêmes endroits. Les places touristiques oui sans problème. Les Resto, boulangerie, boucherie, on pratique notre espagnol mêlé de catalan. Vive Google Translate au restaurant, à l'épicerie, même à l'appartement, la laveuse était en espagnol sinon vivement le langage des signes, 1 doigt pour une fois, 2 doigt pour 2 fois, sinon pointer du doigt les sandwichs qu'on voulaient!

Pour les prix, il y a beaucoup de choses qui sont moins cher, genre croissant, café, bière, vin, jambon, sinon au restaurant c'est sensiblement la même chose si on multiplie par 1.5 (taux de change), mais quelle surprise on a eu lors de notre escale à Londres, les prix semblaient ok, jusqu'à temps qu'on se rendre compte que c'était en Livre Britannique, on doit faire fois 2, ça donne une soupe à 10$ et un club sandwich à 20$.

Les vols ont été longs, bébés qui pleurent, gars qui aime s'entendre parler fort. Taxi pour entrer à la maison, quand tu pars à 8h de ton appartement, prendre l'avion de Barcelone vers Londres, escale de 3h, ensuite avion vers Montréal, donc tu arrives à 19h, tout ça plus 6h de décalage, donc on mérite un taxi de l'aéroport vers la maison.

Maintenant c'est l'heure du transfert des 30 Go de photos sur l'ordinateur, triage au cours des prochains jours, vous pourrez voir enfin de photos sur le blog sous peu, et surtout la suite de mon défi Une photo par jour.

Bonne nuit à tous!

vendredi 20 novembre 2015

Il a fait ma journée!

Comme nous l'avions manqué à Montreal, ils l'ont refait à Barcelone pendant nos vacances: le World Press Photo 2015 est à quelques rues de notre appart. Lors de l'achat des billets, on me demande si j'ai moins de 25 ans! WOW! Je capote! Mais je reviens vite sur terre je dois payer le plein prix! Est-ce qu'on a aimé le World Press Photo? Oui et non. Oui certaines photos sont extraordinaires et non parce que les autres photos sont durs. Durs, touchantes, blessantes, certaines vraiment sont venus me chercher.

Une tradition que j'ai quand je vais dans un autre pays, c'est de manger du McDo. Il faut bien voir si c'est le même menu et surtout si ça goûte la même chose. Le menu à des ressemblances, il y a deux sortes de frites, celles qu'on connaît tous et les deluxes qui sont plutôt comme des quartiers de patates assaisonnées. Les sandwichs et croquettes semblent être les mêmes quoique certains sandwichs sont différents. Il semble y avoir qu'un seul format de frites et liqueur. Au final, malgré que leur logo soit vert et jaune, ça goûte pas mal la même chose!

On flâne au soleil tout l'après-midi dans le Port Vell. C'est deux dernières semaines nous avons marché près de 200 kilomètres! C'est fou quand on y pense. C'est quand on a regardé l'app Santé sur notre iPhone qu'on a réalisé qu'on avait beaucoup marché. Certaines journées mon corps me le disait mais d'autres journées ça mieux été. Probablement le fait de marcher en ville, dans les parcs, sur la gravel, dans les montagnes ça nous fait pas le même effet sur les jambes. J'ai bien rentabilisé mes nouveaux espadrilles!

Pour bien finir cette journée, on retourne au Segon Mercat Tapas près de l'appart. On est les premiers clients à 20:15 environ. Ils nous donne le menu en anglais; soit il se rappelle de nous la semaine dernière ou soit il se dit: "Des touristes qui mangent tôt!" Il faut dire qu'en Espagne tout le monde soupe très tard, vers 21-22 heures. Beaucoup de restaurant n'ouvrent qu'à 20h-20h30. Ce soir, on ne mange que des tapas, question de ne pas trop manger comme hier. Saumon, thon, saucisse, patates bravas, Pan tumaca (pain frotté aux tomates). Un vrai délice ces tapas et l'ambiance est très bien. À recommander pour les prochains qui iront à Barcelone. ;)

jeudi 19 novembre 2015

Park Güell - Prise 2

© Veronique Savoie
Nous retournons au Park Güell pour visiter les maisons que Gaudi a construit. Il devait y avoir 60 maisons mais le projet a été abandonné à cause de la hausse des coûts de construction, il y a seulement 3 maisons qui ont été terminées. Les maisons sont moins spectaculaires, tant qu'à moi, que la Sagrada, la Casa Batllò ou La Pedrera. C'est sûr qu'elles sont plus petites et il y a moins de détails, mais elles sont quand même belles et uniques.

Comme notre voyage s'achève sous peu, nous sommes allés souper au restaurant. Le Contempro, le Resto d'un hôtel. Resto tranquille, bon service. Nous avions 3 choix de menus, menu de cette semaine, menu Paella pour deux ou menu Tapas pour deux. Nous optons pour le menu Tapas. 5 tapas, un plat principal et un dessert, ça semble très bien. Le premier tapas arrive et je me dis: "j'espère que les autres seront pas aussi gros?" Et bien oui, 5 tapas qu'on aurait pu partager à 4. Avec mes goûts difficiles et mes intolérances alimentaires, je peux dire que j'ai goûté à tout mais j'en ai aimé que 3 sur les 5. Jambon, calmars et boules patates-jambon-poulet. Poivrons rouges froids et thons, on repassera et surtout les sardines. Le repas principal du veau pour moi et de la morue pour monsieur, qu'on a partagé (question de goûter à tout), hummmmmm! Pour dessert une belle assiette de fruits tranchées. Pas besoin de vous dire qu'on a roulé jusqu'à la maison et qu'on attend de digérer avant d'aller au lit.

mercredi 18 novembre 2015

Tarragona

© Veronique Savoie
On se lève avec le cadran, en fait j'étais déjà réveillée, mauvaise nuit... Est-ce le stress de la journée qui m'attend? Le stress que les vacances soient presque terminées? Le stress que le boulot va recommencer bientôt et que je ne me souviens plus de mon mot de passe réseau? Sûrement toutes des réponses mais surtout le bruit à l'extérieur que je trouve plus fort qu'à l'habitude.

On se rends à la gare Barcelone Sants. On achète les tickets pour Tarragona. Tarragona est une ville médiévale avec un amphithéâtre romain à environ 100 kilomètres de Barcelone. Une heure de train et nous y voilà! Ca peut paraître banale pour certains mais j'adore prendre le train. Je regarde partout, je prends des photos des chemins de fer, je filme les paysages, parfois on roule à 150 km/h. J'adore le train! Une fois arrivée, on se promène et on arrive sur l'amphithéâtre. Wow! C'est vraiment beau. À voir les grosses pierres, on se demande vraiment comment ils ont fait il y a presque 2000 ans pour les poser les unes sur les autres. La vue sur la mer est magnifique, le port est joli sous ce beau soleil. On peut lire Park Central sur une pancarte, on se dit:"Oh! Comme à New York". On suit les indications, tourne à droite et encore à droite, on cherche le parc et on aperçoit un centre d'achat! C'est pas du tout le même Central Park!

Moto / Gaudi

© Veronique Savoie
Une autre journée ensoleillée qui vient de commencer. On se dirige dans le Barri Gòtic. Je fais plaisir à mon amoureux en l'accompagnant au Musée de la Moto. Il adore! Pour un petit musée que j'aurais fait en moins de 10 minutes, car c'est très petit, nous y sommes restés au moins 60 minutes. Je dois avouer que c'est bien de voir l'évolution des motos. Pendant un bref instant, il regrette d'avoir vendu la sienne il y a quelques mois.

Une fois la visite terminée, nous essayons de faire toutes les petites rues que nous n'avons pas fait cette semaine. Vous devriez voir notre trajet sur GeoTag! GeoTag est une app iPhone que nous avons, elle indique à la fréquence de notre choix (en secondes/minutes) les coordonnés GPS. À la fin de la journée nous pouvons savoir combien de kilomètres on a fait mais surtout on peut exporter ce fichier pour l'importer dans LightRoom. Alors dans LightRoom toutes nos photos seront géolocalisées. Vive la technologie! Et surtout plus besoin de se demander: "Euh! C'était où ça déjà?"

Sur notre chemin de retour, nous croisons la Casa Batlló. On fait la visite de cette maison conçu par Gaudi. Encore une fois je suis bouche bée. Les lignes, les courbes, les couleurs, les fenêtres, les portes, la ventilation, il a pensé à tout. Pour découvrir ces réalisations, il nous restera que la visite des maisons dans le parc Güell.

lundi 16 novembre 2015

Petit lundi à flâner

© Veronique Savoie
Je me lève après une grosse nuit de sommeil. Je viens de dormir près de 10-11h, incroyable! Je dois avoir du sommeil à rattraper ou c'est à cause de notre grosse balade hier? Je me lève difficilement du lit, j'ai mal partout, trop marcher? Sac à dos trop lourd? Caméra trop lourde dans le cou? Toutes ses réponses?

On se fait un gros déjeuner de Tousski (Tout Ce Qui Reste): œufs sur le comptoir (les œufs ne sont pas réfrigérés en Europe), restant de patates et de saucisses. Une bonne omelette pour commencer une autre belle journée.

On quitte la maison aux alentours de midi, une première! On doit être comme le soleil. On se lève tard, on se couche tôt, nos journées deviennent plus courtes. Toute la journée, nous nous sommes promenés dans les rues de Barcelone avec aucun but sinon celui d'essayer de ne pas prendre une rue qu'on avait déjà prise. Erreur! Toutes les rues mènent au Montjuïc, au Port Vell et aux Ramblas.

Nous sommes allés faire un tour au Maremagnum (Centre d'achat ouvert 365 journées par année dans le port), question de voir quels types de magasins il y avait, quel ne fut pas notre surprise de voir qu'il était en train de monter le sapin de Noël! C'est vrai que Noël est dans 38 jours, mais avec cette température, je ne me sens pas pas du tout dans la magie de Noël. Même dans les rues, les lumières sont déjà  installées, mais nous ne les avons pas vu allumés encore, merci!

dimanche 15 novembre 2015

Tibidabo Prise 2

© Veronique Savoie
Une autre belle journée de marche. Nous sommes retourner sur la colline Tibidabo pour y voir l'église et le parc d'amusement. Le meilleur moyen pour y aller (selon nous) est la marche. On prends ensuite le tramway et le funiculaire. La vue est magnifique du haut de cette colline. On peut voir toute la ville et surtout remarquer que le Montjuïc est vraiment minuscule. Le parc d'amusement est un peu comme La Ronde mais en plus petit.

Sur notre retour nous devons avoir manqué une indication, nous sommes à faire le tour de la colline sur une route principale. Avec ce gros détour nous avons fait près de 24km de marche en ce beau dimanche ensoleillé. Nous sommes vraiment choyés avec cette belle température. Zéro pluie en 10 jours, plus de 18 degrés tous les jours! Merci la vie!

samedi 14 novembre 2015

Montjuïc

© Veronique Savoie
Premier matin qu'on ne peut lire LP+. Nous avons une pensée à nos collègues de travail qui font des heures supplémentaires suite aux attentants de Paris. Grosse pensée pour la belle-sœur qui retourne à Paris ce matin.

Notre journée de balade est simple à résumer. Montjuïc, 16 km de marche dans la ville. Première étape de la journée a été de se rendre au Montjuïc, qui est à combien de kilomètres? Et oui 3 petits kilomètres de notre appartement. Le Montjuïc est une colline qui domine l'ancienne ville et le vieux port de Barcelone. Sur cette colline, il y a le Stade Olympique, le Jardin Botanique et le château de Montjuïc qui a déjà été une prison. Nous avons marché jusqu'au haut de la colline étant donné que le téléphérique nous l'avions déjà pris il y a quelques jours.

Sur notre retour, on s'arrête dans un petit café pour manger un bon sandwich au jambon et siroter un bon café. Par la suite, on se rend compte une fois de plus que tous les chemins mènent au port. On décide donc de tourner à gauche et d'explorer et sans trop s'y attendre on se trouve sur notre chemin de retour. Nous n'avons plus besoin de map pour s'orienter! Par contre nous avons toujours besoin de Google Translate pour les menus et à l'épicerie. La caissière au supermarché a dû se dire: "Encore des touristes!" Elle a fait venir un commis parce qu'on a pas pesé nos oranges et collé le sticker sur le petit sac de plastique. J'ai été bien surprise de voir qu'ils sont un peu en retard sur ce point, vivement les codes des fruits et légumes que j'ai appris dans une ancienne vie. 

Et pour bien finir la journée, une bouffe à la maison. On relaxe tranquille, c'est épuisant les vacances avec la belle-famille!! :p

vendredi 13 novembre 2015

Barri Gòtic

© Veronique Savoie
Tout s'est bien déroulé pour un vendredi 13. Nous n'avons pas vu de chat noir, nous ne sommes pas passé sous une échelle, et nous n'avons pas brisé de miroir.

Petite journée nuageuse. Les nuages sont partis en cours de journée mais comme nous étions dans les très petites et étroites rues de Barri Gòtic, nous avons été à l'ombre toute la journée. On se promène, on regarde partout, on prend plein de photos encore et encore, les rues nous ramènent toujours sur les Ramblas ou dans le port. Les rues ne sont pas toutes au carré comme à Montréal. Il y a des rues à 30, 45, 85 degrés, un peu dur de savoir où cette rue va nous mener. Quoi qu'on commence déjà à s'y retrouver après 1 semaine. On se sent déjà chez soi dans notre quartier. 

Barcelone est un peu comme Montréal, ville urbaine, immeubles, voitures, taxis, touristes. Cependant, les coins de rues sont en losanges, donc nous (les piétons) ne traversons pas vraiment sur les coins de rues. Ce sont plutôt des stationnements. Sur ces coins de trottoirs il y a aussi souvent des terrasses. Les taxis sont tous jaunes et noirs. L'architecture est très belle, les fenêtres sont sans moustiquaire, les pentures des portes, le poignées de portes sont toutes belles en fer forgés. Les églises et les cathédrales sont splendides, il y a tant de détails sculptés.

Mes yeux ne se tannent pas de Barcelone, mes pieds, les épaules et mon dos souffrent en fin de journée car ils ne sont pas habitués de travailler autant. Ma tête se remplie de nouvelles images tous les jours et profite de la vie tout simplement!

Merci la belle-sœur parisienne pour ces quelques jours passés avec nous...

jeudi 12 novembre 2015

Bonne fête mon amour!

© Veronique Savoie
Le bonheur d'être à l'extérieur du pays le jour de ton anniversaire! Que de souvenirs pour ma part! Il y a 5 ans, j'étais sur un traversier entre Tanger (Maroc) et Barcelone (Espagne). Il y a comme une magie d'être dans un autre univers que ton train-train quotidien. Aujourd'hui, c'est au tour de mon amoureux. 

On décide d'aller voir une œuvre de Gaudi, un architecte catalan. On va voir La Pedrera, un édifice qui figure sur la liste du patrimoine mondial de l'UNESCO. WOW! Encore une fois. Je ne connaissais pas du tout Gaudi, mais depuis que je suis arrivée à Barcelone, je découvre cet architecte fou/génie. Il joue avec les lignes, les formes, les couleurs, la symétrie. Il est fascinant. On finit en vitesse la visite car on nous a donné rendez-vous à 15:15 pour la surprise de mon amoureux. On saute dans un taxi, une autre première à Barcelone. Tous les taxis sont jaunes et noirs, très facile de les spotter!

Arrivée à notre point de rencontre pour la surprise, on embarque dans un autre taxi. Le taxi, nous apporte au port. Oh! Une balade en voilier. Quelle belle surprise pour mon amour. Belle surprise pour nous aussi, les non-fêtés. Un beau 4 heures à admirer le port, la ville de Barcelone au loin, le soleil couchant. Un, deux, trois apéros, un souper à bord du voilier, quoi demander de plus. Belle soirée avec les sœurs et beau-frère de mon amoureux.

Merci à Jerome, notre batelier.

Merci à A. et C. pour cette belle balade et ces derniers jours en votre compagnie.

Bon anniversaire mon amoureux que j'aime tant... xxx 

mercredi 11 novembre 2015

Des montagnes

© Veronique Savoie
Belle journée ensoleillée, on sort encore de la ville. On se dirige vers Montserrat. Un monastère au cœur d'une grosse montagne. Nos cœurs ont des hauts et des bas en voulant arriver au somment. La route est très sinueuse. En arrivant tout au haut, nos yeux sont émerveillés. Des montagnes, un monastère, la ville au loin, WOW! Nous prenons le funiculaire, question de se rendre plus haut. Une fois là-haut, on se dirige à pied vers un des sommets. La vue est vraiment belle, la lumière est intense, les couleurs sont riches. Lors de la descente, je découvre certains muscles de mon corps, mes cuisses tremblent de plus en plus, plus je descends, plus je tremble. Au sommet, au soleil, il faut chaud, c'est l'été. À l'ombre, c'est l'hiver, il fait froid! Sérieusement, l'écart de température doit être seulement de 10 degrés! Mais entre 10 et 20 degrés, c'est comme le jour et la nuit. J'aurais aimé avoir un chandail de plus, malgré le fait que je sois en shorts. 

Pour l'apéro, on va à Tibidabo, c'est le pic le plus haut de la Serra de Collserola, une chaîne de montagne qui domine Barcelone. Je gèle tout le long de l'apéro. On est à l'intérieur mais la fenêtre est grande ouverte. La vue est magnifique, on voit toutes les lumières de Barcelone.

Après l'apéro c'est l'heure du dîner, on décide d'essayer un Resto dans notre quartier, un bon petit Resto sympa. Le "Segons Mercat", les tapas sont excellents, les plats principaux le sont également. Vraiment à recommander!

mardi 10 novembre 2015

De toutes les couleurs...

Beau soleil qui nous réchauffe, Go sandales Go! Go short Go! On se balade vers la Sagrada Familia. Comme nous avions acheté nos billets sur les internets, l'attente n'est pas très longue pour la fouille et pour entrer. Cependant, il y a un peu d'attente pour récupérer les audio-guide, en fait le kossin qui ressemble à un Walkman et que tu fais semblant d'écouter! J'ai eu beau écouter mais je me rappelle de rien. Gaudi est vraiment quelqu'un de fou! L'architecture, les formes, les lignes, les hauteurs, les couleurs des vitraux, WOW! Un petit mot de 3 lettres pour décrire une telle émotion. Mes yeux regardent partout, en fait ne savent plus où regarder. À gauche où tout est bleu-mauve ou à droite où tout est rouge-orange? La lumière qui traverse ses vitraux nous laissent entrevoir une émotion.
© Veronique Savoie

Après tant de couleurs et de courbes, nous marchons un petit 3 km (tout est à 3 km à Barcelone) pour nous rendre au Parc Güell. Comme on est en fin de journée, on décide de ne pas payer pour la visite et on se promène seulement dans le parc. Beau grand parc à la Centrale Park, sans les voitures. Pour notre retour, c'est notre baptême de métro. On regarde la grosse carte, on tente de retrouver "You are here". Finalement, on doit prendre la ligne L5 vers Vall h'Hebron pour une station et ensuite la L3 vers Zona Universitària. Le métro est tellement plus propre que le métro de Montréal. Il est également plus large, climatisé et des panneaux indicateurs pour identifier chaque station. La STM attend quoi???

On dîne (soupe) encore très tard, on marche encore 3km pour se rendre dans un bon restaurant du nom de Big Fish. La carnivore en moi est très comblée. Un bon gros morceau de veau, sauce au vin avec patates pilées, un vrai délice...

Sur notre retour à l'appartement, on remarque que Barcelone est très propre en journée mais en soirée est autrement, les commerces sortent leurs poubelles, il y a des sacs partout. Mais le jour c'est impeccable!

lundi 9 novembre 2015

On sort de la ville

© Veronique Savoie
On se lève avec le cadran car on va rejoindre une des deux belles-sœurs et le beau-frère. On part en voiture vers la campagne. Tossa de Mar, Beau petit village médiéval. Des tours et des murailles sur une colline sur le bord de la mer. Vraiment de toute beauté! On sillonne les petites rues, la température est excellente, beau soleil, vent frais, quoi demander de plus. En milieu d'après-midi on va dans un petit Resto, le serveur se fout un peu de ma gueule parce que je ne finis pas mon entrée de calmars. C'est que je me garde de la place pour la paella. Hummmmmm, notre première en Espagne et je suis pas déçue! Après le repas, question de digérer le tout et de perdre quelques calories, on va se promener le long de la plage. On croise un petit sentier dans la colline, quel fut notre surprise: coucher de soleil sur le village, la muraille et les tours sont sublimes sous ce beau soleil couchant.

En revenant en ville, on décide d'aller sur les Ramblas, et les Ramblas nous ont menés au Hard Rock Café, mon premier à vie! Sortir de table à 23 heures, ouf que c'est tard, normalement je suis déjà couchée à cette heure-là! Bonne nuit!!! Merci à C. et A. pour cette belle journée!

dimanche 8 novembre 2015

Petite balade du dimanche

© Veronique Savoie
Notre nuit de sommeil a été coupé par de la musique vers 5h du matin. Cela a duré près de 10-15 minutes. La musique venait de l'extérieur comme si quelqu'un avait un trip dans son char en attendant quelqu'un. Son trip lui a repris vers 7h mais il semble que je dormais bien dur. On a jamais su ce que c'était vraiment, on verra dimanche prochain si cela se reproduit. Sinon vers 10-11h, on aurait dit une fanfare sur la rue du coin. C'était une marche, elles avaient toutes des chandails roses, certaines des cheveux roses et même les chiens avaient des chandails roses. Quel événement? On saura en regardant nos photos à notre retour, rien compris de l'espagnol inscrit sur leurs chandails.

Nous décidons de se promener sans savoir l'où cela va nous mener. On se promène dans les petites rues, sans rien chercher, on regarde, on admire l'architecture, on profite de cette belle journée. La propreté des lieux, c'est discutable. Tout est plus propre qu'à Montréal, cependant il y a de la crotte de chien partout comme à Paris, donc il faut regarder l'où l'on pose les pieds.

Sans nous y attendre, on se retrouve sur les Ramblas. Plein de kossins à vendre, le paradis du gugusses qui prend la poussière. On descend jusqu'au bord de la mer. Le ciel se dégage, il fait plus chaud, on enlève une épaisseur, on met de la crème solaire sur ma petite peau blanche. On marche dans le port, il y a des voiliers partout. On continue notre balade sur le bord de la mer. Pour dîner, on regarde sur GoogleMaps pour voir ce qu'il y a dans les alentours. Il y a un Resto à 2 coins de rue. On s'y installe et voilà mon homme très content! On est dans un Resto sportif et on peut regarder le Grand prix de Valence. Hier il était tellement déçu de ne pas pouvoir acheter de billet car ils étaient soldout. Encore une fois, nous sommes confrontés à la barrière de la langue, on se rends compte que c'est pas si simple. Mais vive Google Translate!

Notre balade fut d'environ 12 km, mes pieds sont en compotes. Les Ramblas, le bord de la mer, les vendeux de kossins, le zoo (qu'on a pas visité), les tramways, l'arc de Triomphe, les petites rues qui ressemblent un peu au Petit Champlain, on peut dire que nos "Kodak" se font fait allés.

samedi 7 novembre 2015

13 heures de sommeil entre coupé de 2 heures d'insomnie

© Veronique Savoie

Après 13 heures de sommeil, on peut dire qu'on a fait plus que le tour du cadran! On déjeune en lisant La Presse Plus, il est à peine 9h, l'édition est déjà disponible, on va hausser les Stats d'ouverture de l'édition à 3 heures, heure locale du Québec.

Bonne nouvelle, Marc reçoit un SMS, ses bagages ont été retrouvés. Mauvaise nouvelle, ils seront livrés entre 9 et 16h. Il peut quand même prendre sa douche et se changer, j'ai du ligne à lui dans ma valise! Vive le splitage de trucs de vos valises. Ses bagages sont livrés avant 11h, youppi! On va pouvoir profiter de cette belle journée!

On fait nos touristes dans les bus Tour de ville. Il y a deux circuits, on les fait donc tous les deux. On note les spots qu'on veut revoir à pieds au cours de nos prochains jours. À la tombée de la nuit, on prend le funiculaire à Montjuic, on ne voit pas grand chose il y a du brouillard partout. On ne peut faire aller-retour, car il est trop tard, on fait le retour à pieds. La rosée est partout, tout est mouillé, pas super chaud, j'aurais dû traîner mon coupe-vent, on saura pour demain soir.

C'est étrange de se retrouver dans une ville, un pays, dont on ne parle pas la langue. Il y a plein de pancartes qu'on ne sait pas ce que ça veut dire, on suppose que ça veut dit ça, mais on est pas sûr! Acheter du jambon dans une charcuterie dont la dame ne parle pas du tout l'anglais est quand même un défi, quoi que on suppose que jamón écrit sur une étiquette dans le comptoir veut dire jambon et le visuel semble bon. Lire les ingrédients sur les étiquettes à l'épicerie, vive Google Translate. Notre vocabulaire augmente un peu. Holà, Gracias, c'est du facile. Sin = sans, cerdo = porc, carne de res = bœuf, azúcares = sucres,  jamón = jambon à ne pas confondre avec jabón = savon. Trouvaille à l'épicerie, plusieurs sortes de bières sans alcool, 0.0%.

On commence, un peu, à être sur le beat européen, on vient de souper à 21h. Une autre trouvaille sur notre chemin du retour de Montjuic, une petite rue à la Prince-Arthur, tous plein de terrasse, les belles-sœurs ont vous attends pour y aller!

vendredi 6 novembre 2015

5h30 de vol | 90 min de connexion | 90 min de vol | 5+1 h de décalage | 30 heures sans sommeil

© Veronique Savoie
Voilà enfin arrivée notre journée de départ. Petit matin à faire la grasse matinée, se lever à 8h un jour de semaine, WOW! Nous avons décidé de partir un jeudi, parce que nous sommes cheap! Après avoir déjeuner, c'est le temps de faire nos bagages. Et oui nous sommes un peu dernière minute, mais à quoi sert de les préparer trop longtemps d'avance? On cherche, on trouve, on pitche dans la valise. Ensuite, vient le temps du triage, ça dans le sac photo qui me suivra dans l'avion, ça dans la valise de mon chum, au cas où ma valise serait perdue! Vaut mieux être prévoyante et merci les copains de m'avoir donné ce truc si simple. Sac de vêtements sous vide, électronique dans un autre sac, sac effet personnel, souliers empilés à la Tetris, je joue vraiment à Tetris en voulant faire fermer ma valise, un beau petit défi, mais le but a facilement été atteint. Mais reste à savoir si je dépasse le poids exigé par notre transporteur. Je vais chercher mon super pèse-personne vintage, le genre très pesant en métal, avec spring. On le teste et oups, il ne répond pu, capoute!!! Plan de relève! On prend celui numérique, mais qui dit numérique dit ça prend une batterie, Go à la pharmacie! Finalement, on est très raisonnable, à peine 30 livres pour nos bagages.
Pour se rendre à PET, on prend le métro et la 747. Un ticket pour le métro parce qu'on a pas acheté notre passe mensuelle de la STM. Surprise pour la 747, le ticket ne fonctionne pas, ça nous aurait pris notre passe mensuelle, donc achetons le ticket à 10$, du n'importe quoi!
À l'aéroport, on fait enregistrer nos bagages, passe le contrôle, oups Monsieur (en l'occurrence mon chum) vous avez été choisi au hasard pour un contrôle, vous avez deux choix: contrôle manuel ou la machine. Monsieur choisit la machine, bip bip bip! Oups, il a oublié d'enlever sa ceinture et oublier de vider ses poches, maudit change qui traînait! Donc, il se fait fouiller manuellement. Tout fini bien! 
Comme première expérience avec Britsh Airways, on peut dire qu'ils ne veulent pas qu'on meure de faim. Après moins d'une heure de vol, nous avons une mini collation. Environ 30 minutes plus tard, le repas, que j'ai pu choisir faute de mes intolérances alimentaires et que je n'ai pas pu finir car 3 heures au paravant on avait soupé à l'aéroport. On dort 10 minutes par ci et par la, on est confortable, mais il fait chaud et on se croit dans une boîte de sardine, aussi tassé qu'avec Air Sardine, euh Air Transat. Une heure avant d'arriver, on nous sert le petit déjeuner.
L'escale à Londres a bien été, quoi que 90 minutes c'est presque juste assez pour aller au petit coin, marcher pour changer de terminal et passer encore à la fouille. Un petit 90 minutes de vol à cogner des clous, pour nous heure de Montréal, il doit être environ 4-5 h du matin.
Enfin, l'atterrissage à Barcelone, on a hâte de récupérer nos bagages pour se rendre à notre appartement. Oups le tapis roulant arrête de tourner! Mais où est le sac de Marc? On va au comptoir des sacs égarés! On remplit la paperasse, c'est long! La dame, à notre appartement, doit sûrement nous attendre pour nous remettre les clés. Déclaration faite, on prend l'Aerobus en direction de notre appart. Enfin on récupère les clefs, l'appart style condo Ikea est très bien. Tout est moderne, et nous avons même accès à l'ascenseur directement.
Il faut maintenant aller acheter une Sim pour nos téléphones. La dame nous a dit qu'ils en avaient un peu partout. Erreur! Nous avons marché jusqu'à un centre d'achat. Nous avons maintenant nos numéro espagnols! Marc peut modifier sa déclaration de sac égaré avec son nouveau numéro, plus facile de se faire rejoindre maintenant.
Après plus de 30 heures sans sommeil, on s'effondre dans notre lit, il est 20h donc 14h pour vous au Québec!

mercredi 9 septembre 2015

Long weekend de la fête du travail

veroniquesavoie.photo
Que faire durant un long weekend de 3 jours? Un RoadTrip! On part à l’aventure vers le Lac Saint-Jean. On décide de prendre la 138 soit le chemin du Roy à partir de Lavaltrie. On sillonne les petites routes de campagne, les fenêtres ouvertes et le nez qui coule, vive les allergies! En cours de route, on emprunte la Route des Rivières, on la perd et on la retrouve. On fait un pitstop à la marina de Grandes-Piles pour refaire le plein d'énergie. Le panini au jambon est plutôt ordinaire contenu du fait qu’il faut que j’enlève le fromage Brie! J’ai pas vraiment le goût de tester si je vais tolérer le fromage ou pas. Mais je me régale des frites maison! Plus loin, je fais quelques clichés d’un pont couvert avec ma nouvelle location, une lentille 12-24 F4. Je m’amuse avec les perceptives.

Au bout de la 155 soit à Chambord, il faut prendre une décision… À gauche ou à droite? On décide de tourner à droite en direction de Alma, il semble qu’il y a de beaux couchers de soleil. Le Golden Hour commence, donc il faut trouver un bon spot pour prendre de belles photos, mais oups! Le soleil disparait sur l’horizon pour faire place à la noirceur. Il est temps de trouver un endroit pour dormir! J’appelle à plusieurs endroits et ils sont tous complets! C’est ça faire un RoadTrip, des imprévus. On se décourage pas, on continue de chercher avec GoogleMaps et Nestor, le Québec. On trouve finalement, mais pas très proche. Notre réservation est à Roberval soit un petit 45 minutes de voiture. On trouve un resto tout près du Manoir. Go check-in et Go souper!

Après une bonne nuit de sommeil et un déjeuner inclus, on décide de réserver notre chambre pour une nuit de plus et de faire nos touristes dans la région du bleuet. On va visiter les nanimaux au Zoo de St-Félicien. Par chance, on arrive relativement tôt, donc on peut voir plusieurs animaux avant qu’ils se cachent tous car il fait trop chaud. Une canicule au Lac en septembre! On aura tout vu! En fin de journée, nous n’avons pas eu droit au merveilleux coucher de soleil, au quai de St-Gédéon, car il est descendu se cacher dernière une grosse cellule orageuse.

Question de continuer à être de vrais touristes, nous avons visité le Village historique de Val-Jalbert. Très beau site, de vieilles maisons abandonnées, de belles chutes d’eau. Malheureusement avec toute cette chaleur et humidité, nous n’avons pas eu une très belle vue en haut du funiculaire.

Notre retour fût très long… Nous avions peur d’arriver sur l'heure du traffic à Repentigny, mais le traffic, on l’a eu de La Tuque à Shawinigan. 


Que retenir de ce séjour au pays du bleuets? C’est loin, la route est belle, la vue sur le lac est magnifique, les couleurs des couchers de soleil sont presqu’aussi belles qu’aux Iles-de-la-Madeleine. La tourtière et la tarte aux bleuets sont vraiment bonnes. Trois jours c’est trop court, Lac St-Jean on se reverra un de ses quatre!

samedi 18 juillet 2015

Pour ou contre le camping?

C’est en revenant dans son train-train quotidien qu’on découvre que faire du camping c’est pas des plus reposant!
  1. Se lever au milieu de la nuit, s’habiller et sortir avec une lampe frontale pour aller aux toilettes. Plusieurs fois.
  2. Dormir sur un matelas dur, on s’ennuie de notre matelas mousse mémoire.
  3. Faire la vaisselle à tous les repas, on s’ennuie de notre lave-vaiselle.
  4. Mettre les vidanges dans la voiture à chaque fois qu’on quitte la tente.
  5. Rentrer les vidanges dans la tente pour la préparation des repas.
  6. Mettre la glacière dans la voiture lorsqu’on a fini les repas.
  7. Sortir la glacière lorsqu’on a faim.
  8. Tout chercher, rien n’est à sa place! Brosse à dents, lampe frontale, crème solaire, tuque...
  9. Aller chercher de l’eau. 
  10. Dormir avec une tuque.
  11. Le buffet à volonté, je parle de nous pour les moustiques!
  12. La nourriture gèle, surtout les légumes. Même en été.
  13. Payer par minute pour prendre une douche.
  14. Ne pas avoir d’avertissement avant la fin de la douche.
  15. Pas de chauffage ou air climatisé.


Le camping a quand même des bons côtés.
  1. Le calme de la nature.
  2. Le bruit du vent.
  3. La nourriture, repas hors routine du métro-boulot-dodo.
  4. Sentiment de solitude, être au milieu de nul part, si on est dans un vrai camping où l’on voit presque pas son voisin, pas les campings qui ressemblent à des nouveaux développements.
  5. Voir les étoiles.
  6. Les feux de camp.
  7. Les collations sur le feu de camp (saucisses hot-dog, guimauves)
  8. Manger dehors.
  9. Respirer de l’air frais.
  10. Pas de réseau cellulaire.


Le camping rend plus tolérant
  1. On ne prend pas obligatoirement une douche par jour.
  2. Nos douches sont généralement plus courtes car on doit payer.
  3. On ne fait pas la fine bouche pour les repas.
  4. Au lieu de salir un verre, on boit directement à la pinte.
  5. On n’est généralement pas sur notre 36.


Pour avoir grandi à la campagne, j’ai toujours l’appel de la tranquillité de la nature.


Bon été à tous!

jeudi 16 juillet 2015

Jeudi | Road trip

C’est lorsque tu sors de la tente à 1-2 heures du matin (pour aller au toilette) et que ta respiration fait de la boucane blanche que tu réalises qu'il fait bien frête et que tu étais vraiment bien dans ton sleeping bag à -10 degrés. Nous avons tout de même passé une belle nuit, les panneaux de la chambre sont vraiment efficaces, malgré le 5 degré qu’ils annoncaient.

Après avoir pacté la voiture, nous sommes partie en Road Trip, au lieu de reprendre le chemin inverse pour Montréal, nous nous sommes dit: « Pourquoi pas aller dire bonjour au Lac St-Jean? » Un peu fou, vous direz? On aime bien être spontané et profiter de la vie!

Nous avons donc traverser la Réserve faunique des Laurentides jusqu’au Saguenay pour rejoindre Chambord et ensuite se diriger vers La Tuque. En arrivant à Trois-Rivières, question d’étirer le temps avant de rentrer à la maison, on a continué sur le Chemin du Roi. Donc pas besoin de vous dire que notre retour a été plutôt de 10 heures que de 4-5 heures! Grâce à ce gros détour, j’ai pu voir le Lac St-Jean et la Petite Maison Blanche au Saguenay. 


Je me rends compte quand partant en Road Trip comme ça, que le Québec est tellement grand, et qu’on ne prend pas la peine de le visiter à sa juste valeur.

mercredi 15 juillet 2015

Mercredi | Journée la plus froide

La matinée n'est pas le reflet de la journée d'hier, c'est plutôt frais et très nuageux. On se fait donc des crêpes et de la tisane pour se réchauffer un peu. Le ciel se dégage un peu! Nous allons à l'accueil pour voir les prévisions de la journée car nous sommes sans données cellulaires depuis notre arrivée. Roulement de tambour, la journée sera plutôt froide, cet après-midi MétéoMédia prévoit 12 degrés et la nuit prochaine 5 degrés.

On s'habille plus chaudement et nous partons faire une mini randonnée de 6.5 km. Le sentier de La Chute. Belle petite chute au bout de ce trajet. Il faut préciser que ce n'est pas les chutes Niagara mais le bruit de l'eau nous fait le même effet!!! On se fait un pique-nique sur le bord de la chute. Nos profitons du chaud soleil et du vent frisquet. La tranquillité, une connexion avec la nature, rien de mieux pour relaxer.

Nos corps ne se réchauffent plus beaucoup, on décide de partir la chaufferette au propane de la Huttopia. On boit de la tisane et on joue aux cartes. La tisane nous réchauffe plus que la chaufferette. Mais le grand gagnant du réchauffage est nos sleeping bag à -10 degrés!


mardi 14 juillet 2015

Mardi | Journée la plus chaude

Les nuits se suivent mais ne se ressemblent pas. Une nuit plus chaude, il faut dire que la soirée était plus chaude mais les panneaux, de la chambre, fermés devaient nous aider aussi et que dire de la noirceur presque totale à 8 heures!

Comme les vents sont très intenses, on décide d'aller faire une petite randonnée. Peut-être que les vents seront moins importants cet après-midi et nous irons faire du canot. Notre petite randonnée a plutôt été une moyenne promenade de 8 km sous le soleil plombant et l'absence de vent! Contrairement à hier, les sentiers étaient formés de racines au lieu de roches et la dénivellation était presque nul. C'est étrange de se balader au travers d'une forêt en régénération depuis presque 25 ans. La forêt a été victime de feux en 1991. Ensuite, ce fût les champs de lichens, on aurait dit de la neige ou même des champs de choux-fleurs. Que dire de notre après-midi? Un après-midi à écouter le bruit du vent! Oui oui vous avez bien lu!


Notre soirée hypnotisante devant le feu a été écourté à cause de la pluie mais par chance nous avons eu le temps de manger nos saucisses hot-dog calcinées! Que de souvenirs d'enfance ont fait surface en voyant des bulles apparaître sur la saucisse. Vive le camping et sa gastronomie!

lundi 13 juillet 2015

Lundi | Tuque en juillet

Première nuit en camping n'est jamais plaisant. Nous n'avons pas le confort de notre matelas mousse mémoire! Nous apprivoisons de nouveaux bruits, eau du lac, les oiseaux, le sleeping bag, le bébé qui pleure parce qu'il a sûrement aussi frette que nous. Une tuque, 4 épaisseurs de chandail, pantalons chauds et bas laine de mérinos. Et oui on a quand même eu froid malgré nos super sleeping bag. Prochain achat des momies, quoique des momies doubles ça existes-tu?

Après nos toasts au propane, on prépare notre randonnée. On décide de faire le sentier Pioui, un 10.2 kilomètres avec un dénivelé de 480m. La randonnée n'est pas des plus facile. Le 3/4 du parcours est composé de grosses roches, cap de roche, mini ruisseau et souvent la largeur maximale du sentier est de 18 pouces. Nous sommes récompensé à plusieurs reprises par la vue de cette chaîne de montagne. Que dire de la dernière heure, on descend et descend encore! Ce fût une grosse randonnée de 5h avec une température dépassant les 30 degré, si on se fit au 27 degrés affiché à l'accueil à notre arrivée.

Durant la soirée nous n'avons pas eu la visite de M. Lièvre, cependant Petit Mulot, Petit Suisse et Maringouins Voraces sont au rendez-vous.

À notre coucher, nous remarquons que notre chambre est une deuxième tente! Nous fermons donc les panneaux en espérant plus de chaleur que la nuit dernière et plus de noirceur. Pour l'instant, la soirée est beaucoup moins fraîche que hier!

Bonne nuit!

dimanche 12 juillet 2015

Dimanche | Camping de luxe

Après avoir roulé durant 4-5 heures sur les autoroutes et les routes principales, on arrive presque à notre havre de paix! Un petit 9 km de garnottes et on arrive à Arthabaska #2, notre belle hutte Huttopia. Une grande tente d'armée avec 2 chambres, salle à manger. À l'extérieur nous avons la cuisinette incluant frigo au propane, une table de pique-nique, 4 chaises, un emplacement pour le feu et la vue sur des arbres! Nous sommes sur le bord d'un lac mais le lac est presque invisible. Mais que dire des étoiles lorsqu'elles se pointent le bout du nez! Fabuleux! Ce n'est pas dans Homa qu'on peut voir ça!

Durant la soirée nous avons la visite de M. Lièvre et de bébé Lièvre. Ils se laissent prendre en photo comme des vedettes. Les flashs ne les dérangent pas du tout ou peut-être que les flashs les aveuglent? 

On sert toute la bouffe, les articles de toilettes et la poubelle dans la voiture question de ne pas tenter les ours noirs de la région.

Bonne nuit!

mardi 31 mars 2015

Semaine de relâche

Les enfants ont tous une semaine de relâche en mars, alors pourquoi pas les grands? Chaque jour pourrait être une surprise! Go pour une journée de raquettes en famille. Nous traçons de nouvelles trails, parfois nous avons de la neige jusqu’aux genoux. C’est vrai que je ne suis pas vraiment une référence en fait de grandeur mais bon il y a quand même beaucoup de neiges.

Une autre journée, où mes yeux de petite gamine s’illuminent devant tant de papillons multicolores. Ils sont aussi contents que moi que ce soit une matinée ensoleillée. Ils sont tellement plus actifs lorsqu’il fait soleil. Je me suis faite deux amis! Un papillon brun qui a les ailes bleues lorsqu’elles sont ouvertes, et un petit papillon orange. Ont-ils été attiré par mon chandail bleu et mon sac à dos orange? Je m’amuse à prendre de beaux clichés avec ma lentille macro!

Afin de vraiment déconnecter de notre train-train quotidien, nous allons passer quelques jours dans une autre province canadienne. Go Ontario Go! Nous décidons d’aller voir l’exposition de Escher au Musée des Beaux-Arts à Ottawa. Oui oui! Vous avez bien lu! Véro au musée! Il est vrai que je déteste les musées en général. Se promener sur des planchers durs, finir par avoir mal au dos à force de marcher sur des planchers durs, lire des fiches et encore des fiches. Il y a des activités plus intéressantes que ça! Mais cette exposition est fascinante. Tout le monde a vu des lithographies mais de voir comment il les a réalisé et parfois avec 2-3-4 couleurs. Un génie de la lithographie ce mathématicien. (http://www.mcescher.com)

Pour le restant de notre séjour dans LA capitale du Canada, nous pouvons l’observer au travers nos objectifs. On sillonne les rues, les quartiers, les restaurants, les cafés.

Au Keg, on se trompe pas pour manger un bon steak. Au Fat Tuesdays, la Jambalaya vaut la peine et go pour l’entrée seulement. J’ai eu de la difficulté à finir mon plat. Avis aux intéressés, ils tirent les lignes de la main pour 20$. Chez Nate’s, le fish&chips est décevant. Chez Wilf & Ada’s et chez Benny's Bistro, les déjeuners sont très biens. Au Blue bird café, on a été déçu de nos Flat cap et Cappuccino, Flat cap qui ressemblait au Cappuccino et le Cappuccino comme un latté.

Sinon, nos balades à pieds ont permis de découvrir une ville sous un autre angle. Des 1/2 adresses, oui oui comme dans la ville de Québec, le 123 1/2 existe sur la rue Dalhousie. J’ai même vu des balcons en réparation par la ville, par la ville je sais pas mais il y avait quand même un cône orange sur un balcon. Mais la pancarte la plus comique a été Attention personnes âgées. Sinon comme dans plusieurs villes, il y a un pont avec des cadenas.

À quand les prochaines vacances? Ça passe vraiment trop vite une semaine!



dimanche 11 janvier 2015

Chalet, randonnée, froid

Quoi de mieux qu’un petit quatre jours de congé pour déconnecter! Un beau long weekend dans un petit chalet EXP de la SEPAQ. Une belle trouvaille! Un chalet tout équipé, poêle à bois, poêle, réfrigérateur, micro-ondes, grille-pain, bouilloire, cafetière, toilette, douche donc électricité et eau courante et le tout presque sans connexion au réseau cellulaire. Ce type de chalet est pour deux seulement donc parfait pour nous.

À notre arrivée, il fait plutôt froid, le chauffage est au minimum: un léger 15 degrés (Je me sens presque au bureau). On augmente le chauffage et allume un feu. Les bûches écologiques et allume-feu sont fournis. Ces bûches ne sont pas les plus faciles à faire brûler, du moins pour la première. Un, deux et parfois même trois allume-feu pour qu’on puisse fermer la porte du poêle sans que le feu s’étouffe. En tant qu’ancienne Scout j’ai plus de facilité à partir un vrai feu avec du vrai bois. Mais après trois fausses bûches, ouf il fait chaud ou enfin on est bien!

Après souper, on feuillette le cartable des règlements et des cartes de randonnées et on y voit un schéma! Eurêka! Les Fatboy à la tête des lits c’est pour nous faire un sofa! On abaisse le panneau de la table de cuisine, on y appose les deux Fatboy et on vedge devant le feu de foyer. Vedger est vraiment le bon mot! C’est vraiment étrange d’être hypnotisé par un feu. Pourquoi devient-on hypnotisé? Pourquoi ce feu m’apaise? Pourquoi les flammes passent du violet au rouge? Pourquoi les flammes disparaissent pour faire de la braise? Pourquoi tant de question sur un des quatre éléments? Est-ce la pyromane en moi, qui est en train de se manifester? Quoique toutes ses questions me font oublier mon train-train quotidien. Mais saviez-vous que le liquide bleu à fondue, ça allume très bien une bûche écologique?

Après avoir presque fait le tour du cadran, on décide de se faire un bon thé et surprise, pu d’eau! Est-ce que le chalet vient avec un compteur d’eau? L’eau est fonctionnelle à partir de 9h00? Pourquoi pas d’eau? Let’s go la Scout! On fait fondre de la neige sur le poêle parce que c’est pas une toilette sèche qu’on a! On nous fournit quelques bidons d’eau et le plombier vient faire son tour. Il semble y avoir un problème avec les disjoncteurs. L’eau revient après quelques temps! 

On se fait une petite pratique de raquettes, une randonnée de 4,4 km avec une dénivellation de 250 m. Les paysages sont magnifiques. On aurait pu y aller seulement en bottes, mais on est venu ici pour faire de la raquette alors raquetons! Le lendemain, on s’attaque à une plus grosse randonnée soit de 8,8 km avec une dénivellation de 500 m. Il fait plus froid que la veille, il vente plus, on est plus fatigué, nos muscles ou notre tête se demandent bien pourquoi on a décidé de sortir par un temps pareil. On ne fait que monter pendant la moitié du trajet et le dernier kilomètre est tellement apique que nous avons des escaliers, mais en raquettes ce n’est pas terrible. On a tout fait ça pour la vue! WOW! Sur le top la vue est magnifique malgré les vents et la poudrerie. L’été, ça doit être encore plus beau et que dire de l’automne avec ses couleurs.


Une chose est sûre, c’est qu’avec la SEPAQ, j’ai toujours le droit à des températures extrêmes. Camping en juillet avec une température moyenne de 40 degrés sans vent. En janvier dans une yourte avec de la pluie et du verglas et ce weekend avec de gros froids. Mais on l’aime notre Québec!