dimanche 11 janvier 2015

Chalet, randonnée, froid

Quoi de mieux qu’un petit quatre jours de congé pour déconnecter! Un beau long weekend dans un petit chalet EXP de la SEPAQ. Une belle trouvaille! Un chalet tout équipé, poêle à bois, poêle, réfrigérateur, micro-ondes, grille-pain, bouilloire, cafetière, toilette, douche donc électricité et eau courante et le tout presque sans connexion au réseau cellulaire. Ce type de chalet est pour deux seulement donc parfait pour nous.

À notre arrivée, il fait plutôt froid, le chauffage est au minimum: un léger 15 degrés (Je me sens presque au bureau). On augmente le chauffage et allume un feu. Les bûches écologiques et allume-feu sont fournis. Ces bûches ne sont pas les plus faciles à faire brûler, du moins pour la première. Un, deux et parfois même trois allume-feu pour qu’on puisse fermer la porte du poêle sans que le feu s’étouffe. En tant qu’ancienne Scout j’ai plus de facilité à partir un vrai feu avec du vrai bois. Mais après trois fausses bûches, ouf il fait chaud ou enfin on est bien!

Après souper, on feuillette le cartable des règlements et des cartes de randonnées et on y voit un schéma! Eurêka! Les Fatboy à la tête des lits c’est pour nous faire un sofa! On abaisse le panneau de la table de cuisine, on y appose les deux Fatboy et on vedge devant le feu de foyer. Vedger est vraiment le bon mot! C’est vraiment étrange d’être hypnotisé par un feu. Pourquoi devient-on hypnotisé? Pourquoi ce feu m’apaise? Pourquoi les flammes passent du violet au rouge? Pourquoi les flammes disparaissent pour faire de la braise? Pourquoi tant de question sur un des quatre éléments? Est-ce la pyromane en moi, qui est en train de se manifester? Quoique toutes ses questions me font oublier mon train-train quotidien. Mais saviez-vous que le liquide bleu à fondue, ça allume très bien une bûche écologique?

Après avoir presque fait le tour du cadran, on décide de se faire un bon thé et surprise, pu d’eau! Est-ce que le chalet vient avec un compteur d’eau? L’eau est fonctionnelle à partir de 9h00? Pourquoi pas d’eau? Let’s go la Scout! On fait fondre de la neige sur le poêle parce que c’est pas une toilette sèche qu’on a! On nous fournit quelques bidons d’eau et le plombier vient faire son tour. Il semble y avoir un problème avec les disjoncteurs. L’eau revient après quelques temps! 

On se fait une petite pratique de raquettes, une randonnée de 4,4 km avec une dénivellation de 250 m. Les paysages sont magnifiques. On aurait pu y aller seulement en bottes, mais on est venu ici pour faire de la raquette alors raquetons! Le lendemain, on s’attaque à une plus grosse randonnée soit de 8,8 km avec une dénivellation de 500 m. Il fait plus froid que la veille, il vente plus, on est plus fatigué, nos muscles ou notre tête se demandent bien pourquoi on a décidé de sortir par un temps pareil. On ne fait que monter pendant la moitié du trajet et le dernier kilomètre est tellement apique que nous avons des escaliers, mais en raquettes ce n’est pas terrible. On a tout fait ça pour la vue! WOW! Sur le top la vue est magnifique malgré les vents et la poudrerie. L’été, ça doit être encore plus beau et que dire de l’automne avec ses couleurs.


Une chose est sûre, c’est qu’avec la SEPAQ, j’ai toujours le droit à des températures extrêmes. Camping en juillet avec une température moyenne de 40 degrés sans vent. En janvier dans une yourte avec de la pluie et du verglas et ce weekend avec de gros froids. Mais on l’aime notre Québec!